Article image

Benoit Bourdeau DekHockey Town

Publié le 26 mars 2016

1174

lecteurs

0

Commentaires

Équipement : les espadrilles

Ce texte risque de ne pas apprendre grand-chose aux réguliers du dekhockey, quoique j’ai déjà vu passer quelques messages de joueurs qui demandent des conseils aux autres joueurs sur le meilleur achat à faire.

Une chose est sûre, il faut bien choisir l’une des pièces d'équipement les plus importantes à chaque match : les espadrilles.

Je n’inclus pas de liens ou ne conseille aucune marque. Websim et moi-même ne sommes pas rémunérés pour promouvoir ces compagnies.

Lorsqu'un vendeur se présente à vous pendant que vous contemplez le mur des chaussures, en prononçant le mot dekhockey, celui-ci devrait vous diriger aux souliers d'intérieurs ou d’entraînement.

À l’intérieur

La première vérification qu’il faut faire est de s’assurer que la semelle est plate. Un soulier de marche, de randonnée ou de course possède des particularités différentes et par le fait même, est inadéquat pour ce sport.

Par exemple, mon métier m’amène à marcher de 15 à 20 kilomètres par jour. J’ai besoin d’un soulier de marche ou de randonnée avec une semelle plus résistante parce qu’elle s’use très rapidement mais elle doit aussi être adaptée aux entrées et aux trottoirs souvent accidentés.

Au dekhockey, j’aime bien les souliers avec un gel collant à la surface. Avec le temps et le nombre de matchs, l’effet du gel disparaîtra, mais pendant que ce gel sera actif, vous sentirez un bon contact avec la surface.

Vous pouvez aussi diriger votre choix vers un soulier de tennis. Comme pour le tennis, en stop en go, le dekhockey est dur à battre. Ce type de chaussure serait recommandable puisque les mouvements se ressemblent. Un soulier de basketball? Non, parce que le protecteur du talon d'Achille monte haut à la cheville et je ne crois pas que cela est confortable pour jouer. Je crois que porter une chevillère est plus efficace.

Certaines marques de produits de dekhockey proposent leurs propres souliers intérieurs, mais je ne les ai pas essayés. Je ne peux pas les juger et écrire si oui ou non il y a une différence avec les marques populaires connues.

À l’extérieur

Il n’y a rien de plus déplaisant que de jouer sous la pluie. Juste un peu de bruine et la surface devient très glissante. Le risque de tomber ou de faire un grand écart involontaire est réel!

Dans ces cas-ci, vous avez deux choix : éviter de courir et jouer en joggant ou porter des chaussures de ballon-balai.

Je n’ai pas vu beaucoup de joueur porter cet équipement lors de matchs sous la pluie. Moi-même je ne les ai pas essayés parce que je n’ai pas joué assez souvent à l’extérieur pour que l’achat en vaille la peine, mais les commentaires que j’ai entendus sont que vous pouvez courir normalement, que l’adhérence est parfaite mais que la semelle s’effrite rapidement.

En résumé, à l’intérieur, je vous propose des souliers d’entrainement ou de tennis et à l’extérieur, s'il pleut, des souliers de ballon-balai.

Dernier conseil : si elle est encore utilisable, gardez votre vieille paire d’espadrille et utilisez-là pour jouer à l’extérieur. Vous pourrez diminuer l’usure de votre nouvelle acquisition en limitant l'exposition aux intempéries.

0

À lire également

Gestion de ligues sportives

Rejoint le réseau WebSports dès maintenant
C'est gratuit!

Commencer
article image