Article image

Benoit Bourdeau DekHockey Town

Publié le 4 avril 2016

1326

lecteurs

0

Commentaires

La recrudescence de la violence

Le dekhockey est un sport amateur qui doit se jouer avec intensité dans le respect de l’adversaire et des arbitres.

« … du sang, du sang, du sang, ça c’est du hockey! » clamait Jim Carr au micro pendant la bagarre de la deuxième période de la finale des Chiefs de Charleston contre les Bulldogs de Syracuse pour la coupe de la ligue fédérale.

Slap shot est un film. Un classique que j’adore dont je connais les répliques par cœur, mais le dekhockey commence à y ressembler un peu trop.

Sur le site de la ligue Dekhockey de la Capitale, il y a environ une centaine de suspensions sans oublier celles qui ont été effacées parce qu’elles ont été purgées au complet.

Pour un sport amateur, cela n’a aucun sens.

C’est mon billet sur les gestes antisportifs qui a fait le plus réagir et rigoler les lecteurs. Si cela fait rire, c’est que cela est banalisé et si cela est banalisé, cela veut dire qu’il faut serrer la vis et appliquer les règlements avec sévérité.

Dans un autre billet, celui sur la profession d’arbitre, j’ai énuméré et expliqué comment je vois le travail d’arbitre et d’arbitre en chef. J’ai alors proposé quelques solutions pour améliorer la compétence des arbitres et tenter de rétablir l’harmonie pendant les matchs. J'insiste sur l'aspect qu'il faut laisser la chance aux joueuses et aux joueurs suspendus de raconter leur version des faits qui a mené à une suspension.

Manque de constance des arbitres

Le gros problème est les arbitres qui laissent trop passer les infractions.

Lorsqu’une équipe joue en salaud et si les arbitres restent passifs, il ne faut pas s'étonner qu’un joueur en ait assez et ramasse un adversaire pendant la partie.

A-t-on déjà pris quelques minutes pour comprendre le phénomène? La raison est toujours la même, le joueur en avait assez des gestes non punis et a décidé de se faire justice lui-même.

Il faut expulser sans avertissement celles ou ceux qui nuisent au bon fonctionnement de la partie, mais il faut surtout punir ce qui devrait l'être. J'ajoute une interdiction de rester autour de la surface, la personne expulsée doit se rendre directement à la chambre. Trop ignorer d'infraction (comme appeler des punitions qui ne devraient pas en être) équivaut à inviter un joueur à régler ses comptes lui-même. Cela ne veut pas dire qu’il a nécessairement tort puisqu’il peut avoir encaissé des coups sournois à l’insu des officiels ou simplement ignorés par ceux-ci.

Voici un des problèmes majeurs que je perçois : les joueurs ne respectent pas les officiels parce que ceux-ci omettent d’appeler les punitions qui devraient l’être ce qui met en place les éléments pour une escalade de violence.

Et ne me parlez pas de l’effet dissuasif du système score, c'est de la science-fiction.

Il ne faut laisser place à aucune interprétation qui permettrait aux joueurs de commencer à s’entre-tuer sur le jeu. Il faut, dès le début de la saison et ce pour toute la durée de celle-ci, pas seulement le premier mois, établir des références solides de ce qui sera accepté ou non comme punitions mineures et majeures.

Une rencontre avec les capitaines en début de saison devient nécessaire et incontournable.

Le dekhockey est un sport amateur


Combien de fois faudra-t-il le rappeler?

Déplorez-vous le manque de civisme des parents envers les arbitres dans les arénas lors de matchs de hockey mineur? Si oui, peut-être devriez-vous vous indigner de ces comportements disgracieux qui surviennent au dekhockey.

Les grandes gueules qui crient des phrases insignifiantes pendant les matchs agissent-ils de la sorte parce qu’ils sont incapables d’avoir le contrôle de leur jeu ou cela reflètent-ils qui ils sont vraiment dans la vie de tous les jours? Encourager son équipe au lieu d'insulter l'adversaire reviendrait à faire du renforcement positif.

Je n’ai pas pris le temps de m’informer auprès d’un avocat, mais faudra-t-il qu’un joueur qui aurait subi une blessure invalidante, partielle ou permanente, poursuive son agresseur et le centre, même si celui-ci est intervenu en imposant une suspension? Si cela ne cesse pas, un jour, un avocat fera un lien avec un article de la loi et cela lui permettra d’entamer des poursuites.

Voulons-nous qu’un événement fâcheux soit rapporté par des gens qui ne savent pas de quoi ils parlent? Un titre et un texte choc dans un journal permettraient à monsieur et madame tout-le-monde de dire n’importe quelle sottise sur ce sport.

Pour les sanctions plus graves, les autorités de la ligue devront s’asseoir avec les joueuses ou les joueurs fautifs et prendre le temps d'expliquer la raison de la suspension et écouter ce qu'auront à dire les joueuses et les joueurs. Cela pourrait permettre d’apaiser les tensions sans toutefois les éliminer. Je ne rêve pas en couleurs!

S’il y a des caméras sur place, il devient primordial de bien les diriger pour tout voir.

Comme dans n’importe quel aspect de notre société, partout où il y a de l’abus, il y a des règlements. Quand il y a des règlements, des décisions deviennent jurisprudences. Et à cause des gestes déplacés, le dekhockey fera fuir celles et ceux qui refusent de risquer d’être blessés. C'est normal et je les comprends.

Cela m’attriste de voir la direction où s’en va le dekhockey. Ce sport doit demeurer compétitif et intense sans négliger l'aspect amical.

0

À lire également

Gestion de ligues sportives

Rejoint le réseau WebSports dès maintenant
C'est gratuit!

Commencer
article image