Article image

Benoit Bourdeau DekHockey Town

Publié le 25 avril 2016

4572

lecteurs

4

Commentaires

Retour sur la violence et la cote des joueurs

Je croyais avoir fait le tour de ces thèmes, j’ai l’impression de radoter un peu surtout que j’ai d’autres sujets en cours d’écriture sauf qu’il y a encore beaucoup de chemin à parcourir.

Plusieurs de mes billets sont rédigés suite à des événements vécus pendant un match. Celui sur la réforme du système score est mon préféré parce que je le crois novateur et plus exact du résultat d’une rencontre.

Les deux derniers matchs que j’ai joués m’ont prouvé la pertinence de mes sujets sur Dekhockeytown : la violence et les cotes.

La violence

Dès la mise au jeu, nous savions que l’équipe adverse chercherait la bisbille et c’est exactement ce qui s’est passé. Coups de bâton, mises en échec, gestes après le sifflet, déluge de pénalités, insultes contre nos joueurs venant de leurs familles et amis présents sur la terrasse même si le match était hors de portée pour nous (on ne peut pas les empêcher, mais c'est déplacé comme attitude), etc.

À quelques secondes de la fin de la rencontre, un adversaire a décidé d'utiliser son pied afin de garder la balle collée contre la bande. Je le soupçonnais d'attendre que je tente de lui enlever pour m’asséner un coup vicieux. Un de mes joueurs est venu en renfort et cela lui a fait perdre la balle. Je l'ai prise, mais je n’avais pas cinq pas de fait que j'entend le sifflet. La bagarre avait éclaté dans ce coin.

À ce centre, il n’y a pas de caméras sauf qu'il y avait au moins une vingtaine de témoins. Ils ne sont pas tous impartiaux, j'en conviens!

Vous connaissez ma position contre la violence au dekhockey. Je vais jouer à l’arbitre en chef et écrire la sanction que j’imposerais à un joueur qui chercherait le combat.

Première fois : suspendu pour la moitié de la saison.

Deuxième fois, récidive: rencontre ou entrevue téléphonique avec le joueur et suspendu pour le reste ou toute la saison.

Troisième fois, récidiviste connu : suspension à vie.

Interdiction de jouer dans toutes les catégories et les tournois et les parties purgées diminueraient seulement lors d'un match de l'équipe avec laquelle l'infraction est survenue.

Extrême comme sanction?

Peut-être, mais s’il faut bannir les écervelés un par un pour permettre aux autres de jouer sans craindre pour leur sécurité, je vis très bien avec ça.

Peut-être faudrait-il faire perdre tous les points à une équipe dont un joueur a causé un geste qui mériterait une suspension.

Soyons clair : je ne parle pas d’un coup de poing manqué (c'est le geste qui est puni plus que le résultat), d'un double-échec ou d'une bousculade, je parle d’un gars qui cherche la bagarre ou peut-être même à blesser. Les arbitres doivent déceler ce genre de joueur et inscrire l'intention qu'il avait dans leur rapport d'après-match.

Les cotes erronées

Notre équipe a joué contre l’une des bonnes équipes du calibre. Les joueurs avaient un bon jeu de passe, un excellent contrôle de la balle et diverses feintes, ils ne sont pas au top du classement par hasard.

Je n'ai aucun problème avec ça.

Je consulte le sommaire de la rencontre et je constate que presque tous les joueurs de cette équipe sont cotés h9 ou h10. Pardon? La plupart des joueurs de cette équipe aurait dû être coté h7 et leur meilleur joueur h6. Que s'est-il passé?

Il ne faut pas se leurrer, les catégories avec le plus d’inexactitudes sont le D, le C3 et le C2. Le D est le refuge pour les nouvelles équipes et les joueurs sans cote en profitent pour y jouer.

Je considère qu’une équipe qui n’a pas une dizaine de défaites dans la saison n'évolue pas dans le bon calibre. Avouons que dix défaites, c'est une très belle saison! De plus, je ne crois pas que le joueur d’une équipe qui a atteint ou presque atteint le plateau des 100 points pendant la saison doit automatiquement monter de cote. Il faut vérifier le total de défaites de son équipe.

Au fil des années j'ai appris à reconnaître la force des joueurs. Je sais aussi comment joue un h10, un h8, un h6 ou un h5. Il m’est plus facile de déceler les inégalités et de cerner les joueurs à la mauvaise place.

La question qui tue : faut-il absolument accommoder un joueur qui veut jouer avec ses chums? Je ne dis pas oui ou non, je réponds simplement qu'il faut penser aux autres équipes inscrites et concentrer ses efforts sur la parité.

Toutes les équipes doivent avoir une chance de gagner à chaque match.

4

À lire également

Gestion de ligues sportives

Rejoint le réseau WebSports dès maintenant
C'est gratuit!

Commencer
article image