Article image

Raysheppard La Vie Est Une Puck

Publié le 8 septembre 2019

4

lecteurs

0

Commentaires

La Coca-Cola Bottlers' cup



La LNH a l'habitude depuis quelques années de débuter la saison régulière de certaines équipes dans d'autres pays. L'an passé par exemple, les Ducks et les Oilers ont disputé leur deux derniers matchs pré-saison lors d'une série aller-retour en Allemagne et en Suisse, avant de jouer leur premier match régulier en Suède.  Les matchs disputés en Europe par des clubs de la LNH ne datent pas d'hier, alors que la première série du genre remonte à 1938, lorsque les Red Wings et les Canadiens se sont disputés une série de 9 matchs hors-concours en Angleterre et en France. Il fallut attendre ensuite jusqu'en 1959, lorsque les Bruins et les Rangers embarquèrent dans une série audacieuse de 23 matchs dans 5 pays européens.  Ensuite, il fallut attendre jusqu'aux années 80 et 90 pour voir des séries quasi-annuelles de matchs d'exhibition ou de pré-saison disputés en Europe, et ce n'est que depuis 2007 qu'on y dispute des matchs du calendrier régulier.

Cependant, ce n'est pas en Europe ou même en Amérique que la LNH avait décidé de tâter le terrain pour ces expériences dans différents marchés.  C'est plutôt au Japon que les premiers matchs réguliers en dehors de l’Amérique du Nord eurent lieu, soit en octobre 1997, lorsque les Canucks et les Mighty Ducks se disputèrent une série de 2 matchs à Tokyo pour inaugurer leur saison.  La ligue répéta l'expérience en 1998 (San Jose et Calgary), et ensuite en 2000 (Penguins et Predators).

Mais ce ne furent toutefois pas les vrais premiers matchs de la LNH disputés au Japon. Je vous emmène aujourd'hui en 1976, pour vous raconter la première tentative de la LNH dans le marché asiatique. Et les deux équipes qui eurent l'honneur de défricher ce nouveau terrain furent... les Capitals de Washington et les Scouts de Kansas City, les deux plus récentes franchises de la LNH et accessoirement les deux pires équipes de l'époque.




C'est en mars 1976 que la ligue annonça aux journalistes que les Scouts et les Capitals voyageraient au Japon à la mi-avril pour disputer une série de 4 matchs d'exhibition, soit deux matchs à Sapporo et les deux autres à Tokyo. Le club gagnant de la série remporterait la Coca-Cola Bottlers' Cup, alors que le promoteur principal était bien sûr Coca-Cola Japan. 

Vous savez autant que moi que ces deux clubs étaient la risée de la LNH à l'époque, alors qu'ils étaient issus de l'expansion de 1974, une période où le talent hockey était au point le plus dilué possible. C'était un peu avant l'arrivée des joueurs européens et la présence de l'AMH (voir texte du 19 août 2011) faisait en sorte qu'il y avait trop d'équipes pour le bassin de talent disponible. Les Capitals demeurent à ce jour la pire équipe d'expansion de l'histoire de la LNH (voir texte du 27 février 2018), tandis que les Scouts furent une de ses équipes les plus éphémères (voir texte du 10 janvier 2010).

Yvon Labre

Il est à se demander pourquoi la ligue n'a pas voulu envoyer de meilleurs ambassadeurs pour cette première incursion en Asie.  Il s'agissait cependant de la seule option logique pour la ligue car comme la série était programmée pour la mi-avril, il fallait s'assurer que les clubs impliqués soient hors des séries éliminatoires à ce moment. Pour donner le temps à tout le monde d'organiser ce périple, avec les visas , les passeports et toute la paperasse, il était donc logique d'y envoyer les deux pires clubs de la ligue. Les Scouts et les Capitals avaient une fiche combinée de 14-52-9 lorsque l'année 1976 commença et étaient donc les parfaits candidats pour la Coca-Cola Bottlers' Cup!

De plus, les japonais étaient ravis de recevoir les Caps et les Scouts, ou n'importe quelle équipe d'ailleurs. Jack Sakazaki, le promoteur de l'événement déclara: “Yes, they are the two bottom teams in the league, but it doesn’t matter because they are so much above the standards of everyone else playing here.” Et comme les Scouts et les Capitals étaient constamment dans une ambiance de médiocrité et d'indifférence (moyenne de 6000 spectateurs à Kansas City), les joueurs étaient enthousiastes à l'idée de cette expédition, si ce n'est que pour avoir droit à de belles vacances, histoire de terminer cette autre saison de misère sur une bonne note.

C'est donc en partenariat avec la ligue et Coca-Cola Japon que les joueurs, entraîneurs ainsi que leurs blondes et épouses mirent le cap sur le pays du soleil levant une semaine après la saison régulière terminée. Pour cette série, les joueurs empochèrent chacun 1250$ en plus d'une allocation de 45$ de frais personnels par jour. Au retour du voyage, les joueurs eurent également droit à une semaine de vacances à Hawaii (une escale logique en avion) aux frais de la ligue.

Tom McVie

Après avoir été reçus en rois par les japonais, les joueurs furent conviés à un hôtel 5 étoiles, en plus d'être initiés à la culture japonaise en assistant à des matchs de lutte sumo et de théâtre Kabuki. L’entraîneur Tom McVie des Capitals, qui prenait la chose très au sérieux, mit le paquet lors du premier entraînement de son équipe dès le premier jour après l'arrivée au Japon. Quelques joueurs, exténués du long voyage en avion, durent même s'arrêter pour vomir entre deux sprints, devant de nombreux journalistes qui assistèrent aux entraînements des deux équipes.

Les deux premiers matchs eurent lieu à la patinoire Tsukisamu de Sapporo, le site des Jeux Olympiques de 1972, devant 4500 spectateurs un peu pris au dépourvu. La plupart d'entre eux s'étaient fait promettre un sport beaucoup plus sauvage et violent (à la Flyers) que ce qu'ils eurent la chance de voir. Les Caps remportèrent le premier match 5-2, un match que les descripteurs décrivirent comme une déception et quelque peu ennuyant. Le deuxième match se termina 6-2, encore une fois en faveur des Capitals qui remportèrent deux matchs de suite pour la première fois de l'année. Ce match fut toutefois plus enlevant que le premier et les curieux spectateurs japonais purent enfin assister à une bagarre, courtoisie de Larry Johnston des Scouts et Blair Stewart des Caps.

Après les matchs, les journalistes japonais pouvaient aller assouvir leur curiosité. Ils demandaient entre autres aux joueurs d'enlever leur fausses dents pour se faire prendre en photo, ainsi que de leur expliquer pourquoi ils pouvaient ainsi se battre contre leur adversaire sur la glace et ensuite aller dormir au même hôtel.

Après une journée de repos, la série se transporta à Tokyo au Stade Olympique Yoyogi. L’atmosphère était bien différente qu'à Sapporo alors qu'il y avait presque 10 000 spectateurs. Cependant, la patinoire était construite au dessus de la piscine olympique (!) et représentait toutes sortes de problèmes et dangers potentiels que l'association des joueurs moderne n'aurait jamais accepté. Je n'ai malheureusement aucune photographie ou vidéo pour m'aider à tenter de comprendre comment un tel chantier a pu être conçu. J'ai par ailleurs plusieurs questions qui demeurent sans réponse après toutes mes recherches. Par exemple; Comment la glace était-t-elle supportée? Est-ce que la piscine était vide? A-t-on installé des poutres pour soutenir le plancher de la glace? Où bien est-ce que c'est toute l'eau de la piscine qui était gelée?? Et surtout ma plus grande question: WTF???

Stade Olympique Yoyogi - Tokyo


Quoiqu'il en soit, il s'agissait de piètres conditions pour un match professionnel de hockey. Le système de réfrigération n'était pas très au point donc la glace était fondue et ''slusheuse'' par moment. Selon les souvenirs des joueurs, un des filets se trouvait en dessous des tremplins de saut aquatique et l'éclairage n'était pas adapté pour le hockey (voir photo), ce qui fit que les joueurs avaient de la difficulté à voir la rondelle dans les airs. De plus, on ne retrouvait pas de baie vitrée au dessus des bandes, seulement des filets pour protéger les fans...ce qui fit que la rondelle s'arrêtait dans le filet et rebondissait un peu n'importe où sur le jeu. Les bandes étaient aussi trop basses et les joueurs pouvaient facilement basculer de l'autre côté (ou rester pris dans le filet) lors d'une mise en échec. En plus de tout ça, la surface glacée était trop grande. Autour des bandes de la patinoire et des bancs des joueurs, la glace continuait et entourait la surface de jeu par plusieurs mètres.

Alors qu'il était cloué au banc par McVie, Garnet ''Ace'' Bailey des Capitals voulut faire rigoler ses coéquipiers en faisant des sprints sur la longue surface glacée derrière le banc pour retrouver la faveur de son entraîneur. Au final, les méthodes d’entraînement à la dure de McVie portèrent fruit alors que les Capitals remportèrent le 3e match, encore une fois par la marque de 6-2.


Comme on peut le voir, les Scouts n'étaient pas aussi performants que les Caps durant cette série, malgré leur fiche en saison de 3-1 contre eux.  Les reportages sur ces matchs font état d'un club piteux et peu intéressé. Ils s'entraînaient moins que les Caps qui eux, étaient plus restreints quant aux excursions touristiques permises. Par exemple, lors des matchs à Sapporo, les membres des Scouts furent invités à visiter une brasserie (je gage un 2$ que c'était celle de Sapporo). La direction des Caps refusa l'invitation et les joueurs furent confinés à l'entraînement, pendant que les Scouts purent y aller. À la défense des pauvres Scouts, ils étaient davantage préoccupés par leur avenir incertain à Kansas City que par leur performance au Japon. Ce marasme était cependant présent depuis plusieurs mois. En comptant les 3 premières défaites contre les Caps dans la série, ils étaient sur une série de 29 matchs sans victoire, leur dernière remontant au 7 février... contre les Capitals.

Cependant les joueurs des Scouts furent réprimandés, non pas par leurs patrons mais plutôt par leurs conjointes, alors que les joueurs du club gagnant de chaque match recevaient des cadeaux de la part des organisateurs, ce qui laissait leur club perdant bredouille...et leurs conjointes jalouses de celles de l'autre club.

En plus de vouloir éviter le coup de balai et la réprimande de leurs conjointes, les joueurs des Scouts voulaient également remporter le dernier des 4 matchs en l'honneur de leur coéquipier Gary Bergman.  Défenseur de longue date des Red Wings et membre de l'équipe canadienne de la Série du Siècle, Bergman déclara à ses coéquipiers avant le match qu'il s'agissait de son dernier match dans la LNH.  Les Scouts, portés par le jeu inspiré du gardien Denis Herron, remportèrent le dernier match 4-2 et leurs conjointes reçurent chacune une montre...

Après ce dernier match, les joueurs participèrent à une petite cérémonie d'après-match sur la patinoire et les Capitals reçurent la fameuse Coupe Coca-Cola. Au vestiaire, des caisses de bouteilles de Coke attendaient également les joueurs. Les deux équipes mirent ensuite le cap sur Hawaii pour clore officiellement cette saison 1975-76.  Les joueurs des Scouts s'en doutaient certainement mais ces 4 matchs au Japon furent les derniers de l'histoire des Scouts alors que la vente de l'équipe à un groupe de Denver fut officialisé dans les semaines qui suivirent. 

La série ''Coca-Cola Bottlers' Cup'' fut toutefois considérée comme un succès, ce qui incita l’entraîneur des Scouts Eddie Bush à déclarer que l'événement pourrait être répété annuellement. Ce ne fut évidemment pas le cas et Bush ne revint pas derrière le banc l'année suivante avec les Rockies. Amené en renfort pour remplacer l’entraîneur Bep Guidolin à la mi-saison, Bush n'aura gagné qu'un seul match régulier en carrière comme entraîneur dans la LNH et ce fut... contre les Capitals. La Coca-Cola Bottlers' Cup ne connut donc jamais de deuxième édition et il fallut ensuite attendre plus de 20 ans avant de revoir la LNH au Japon.

Eddie Bush - dernier entraîneur de l'histoire des Scouts devant une foule typique de Kansas City

À ce jour, la Coupe Coca-Cola demeure introuvable. Mike Vogel, un journaliste attitré des Capitals est le dernier à l'avoir aperçue et c'est lui qui en a pris l'unique photographie toujours disponible de nos jours. Il déclara l'avoir trouvée par hasard dans un placard et qu'il se souvenait qu'elle était attribuée pendant quelques années aux champions de la ligue de garage des employés des Caps. Mais elle est de nouveau disparue du radar depuis. Vogel dit qu'elle est probablement dans un autre placard ou bien que quelqu'un en a fait un vase à fleur quelque part.



Sayonara.


Sources:
goldensealshockey.com
japersrink.com
NHL in Kansas City
Icing on the Plains: The Rough Ride of Kansas City’s NHL Scouts, Troy Treasure



Article complet via : La Coca-Cola Bottlers' cup

Mentionnés dans cet article

Ray Sheppard National Hockey League Tournoi
0

Gestion de ligues sportives

Gère ta ligue sur WebSports dès maintenant
C'est gratuit!

Commencer

Articles populaires

article image