Article image

Christophe Perreault 25Stanley.com

Publié le 12 février 2020

8

lecteurs

0

Commentaires

Karl Alzner pourrait bénéficier de l’intérêt grandissant envers le Rocket

Avec le Rocket au cœur de la course aux séries ainsi que l’arrivée de Kotkaniemi, Poehling et Fleury à Laval, on sent l’intérêt des partisans pour le Rocket en pleine croissance. Ça a même mené à une salle comble à la Place Bell il y a quelques semaines.

Il faut dire que Jesperi Kotkaniemi fait exactement ce que le Canadien lui avait demandé en l’envoyant à Laval puisqu’il est devenu la locomotive offensive du Rocket. Avec sept mentions d’aide en quatre matchs, c’est difficile d’en demander plus au #45 du Rocket.

Bien évidemment, c’est lui qui sera toujours le joueur le plus observé par les fans regardant le Rocket, mais ceux qui regardent pourraient aussi être agréablement surpris par ce qu’ils voient du #16 de Laval. Ce numéro est porté par Karl Alzner, qui rend de précieux services au Rocket.

Ça ne veut pas dire qu’il est en train de justifier son contrat (que j’avais critiqué plutôt véhément quelques jours après sa signature), mais c’est la beauté de la Ligue Américaine. Il n’y a pas de plafond salarial pour le Rocket (même si son impact compte pour le Canadien), donc il n’a pas besoin de justifier son contrat. Il a seulement besoin d’aider la jeune brigade du Rocket et c’est exactement ce qu’il fait.

Le défenseur de 31 ans est pratiquement collé à Josh Brook depuis le début de la saison et le jeune défenseur de l’organisation ne rate pas une occasion de vanter l’impact de Karl Alzner sur son développement.

S’il aidait Josh Brook à se développer à son plein potentiel, ce serait déjà une très bonne nouvelle pour le Tricolore, mais ce n’est pas le seul apport de Karl Alzner au Rocket. Il fait tellement bien sur la glace que lors de la pause du match des étoiles, le descripteur du Rocket, Anthony Marcotte, a nommé Alzner comme meilleur défenseur de l’équipe pendant la première moitié de saison.

« Mon jeu n’est pas celui que tu reconnais facilement » a admis le principal intéressé quand on lui a appris la nouvelle la semaine dernière. « Ça fait longtemps que je m’arrange pour que ce soit comme ça, donc quand les gens le reconnaissent et me donnent du crédit, ça fait toujours du bien. »

Pendant la même entrevue, Alzner a admis qu’il aimait bien où était son jeu présentement.

« Je me sens bien sur la glace » a expliqué le défenseur. « Évidemment, j’aimerais un peu plus contribuer offensivement, mais je crois avoir eu quelques bons tirs, quelques jeux qui ont aidé plus tard à créer de l’attaque. Défensivement, je me sens assez fort. Mon coup de patin va bien, ce qui est encourageant parce que j’ai travaillé de ce côté. »

Le coup de patin d’Alzner est la raison principale pour laquelle il se retrouve avec le Rocket et ce n’est toujours pas sa force dans la AHL, mais c’est bon de voir qu’il travaille encore là-dessus et que ça mène à des résultats.

Comme il l’a mentionné, il ne produit pas nécessairement beaucoup offensivement avec 11 points en 48 matchs, mais quand on plonge un peu plus loin dans les chiffres, on voit son impact beaucoup plus clairement.

C’est ironique considérant qu’il croit que son jeu doit être observé dans son ensemble et non dans des statistiques. Il faut dire que ce sont les croyants de statistiques avancées qui ont été les premiers à sonner l’alarme dans son cas (incluant l’auteur de ces lignes).

Par contre, les mêmes chiffres qui signalaient l’alarme lors de la signature de son contrat indiquent maintenant qu’il est un contributeur important sur la ligne bleue du Rocket.

Dans un échantillon de 21 matchs du Rocket étudiés cette saison, Karl Alzner a maintenu un % Corsi de 53,69% à 5 contre 5. Seulement trois défenseurs de l’équipe ont fait mieux et deux d’entre eux sont présentement avec le Canadien (Xavier Ouellet et Christian Folin) tandis que l’autre (Gustav Olofsson) a eu une audition de quelques matchs avant de revenir piloter la première paire de l’équipe. Il y joue présentement avec Cale Fleury.

La même tendance ressort quand on regarde le +/- des chances de marquer à 5 contre 5 où Karl Alzner est +11. Six des sept joueurs qui le devancent dans cette catégorie (Olofsson, Ouellet, Hudon, Evans, Vejdemo et Barber) ont joué dans la LNH à un moment donné cette saison, la seule exception étant Joe Cox, qui n’a pas de contrat de la LNH.

C’est donc dire que même s’il n’a pas été rappelé cette saison, son jeu à 5 contre 5 est au niveau de ses coéquipiers qui ont eu une chance avec le grand club.

En plus, malgré les circonstances difficiles, l’attitude d’Alzner est exemplaire, ce qui lui a valu un A sur son chandail. C’est aussi un joueur que Joël Bouchard utilise à outrance dans les fins de match stressantes.

Je sens les sceptiques dire que ces bonnes prestations peuvent plutôt être attribuées à Josh Brook puisqu’ils jouent presque tout le temps ensemble. C’est vrai que les deux ont développé une belle chimie et qu’ils font mieux ensemble, mais malgré les missions défensives plus difficiles pour le #16 quand ils sont séparés, celui-ci fait mieux sans Brook que l’inverse.

Étant donné qu’un rappel semble hors de question dans son cas, Alzner est devenu un rouage crucial de la ligne bleue du Rocket. Comme on le voit ci-dessus, il le fait notamment en aidant l’un des plus beaux espoirs du Tricolore à cette position lors de sa première saison professionnelle.

C’est ce rôle important qui fait en sorte que les amateurs qui vont se mettre à regarder le Rocket dans cette course aux séries vont redécouvrir un défenseur stable qui peut aider une brigade défensive au lieu du contrat albatros qui lie les mains du Canadien.

Le principal intéressé comprend d’ailleurs cette perception et il ne s’apitoie pas sur son sort.

« C’est ce qui est malheureux. Les partisans du Canadien ne connaissent pas vraiment mon jeu. Ils n’ont pas eu la chance de le voir. J’ai été là une saison et on a été affreux. Personne n’a été en mesure de voir ce que je peux apporter à l’équipe. Je joue de la même façon ici que je jouerais là-bas ou que si j’étais dans la ECHL ou même avec mes amis. Je joue de la même façon et je ne changerais jamais. Je crois que je peux apporter quelque chose qui peut être utile à une équipe. »

Karl Alzner

Aucun partisan ne va regarder un match du Rocket pour Alzner quand Kotkaniemi, Poehling, Fleury, Primeau et Brook sont sur la glace, mais il risque d’être une belle découverte sans son contrat à justifier. C’est exactement pour ça qu’il pourrait être le grand gagnant du spotlight qui est en train de se tourner vers Laval.


0

Gestion de ligues sportives

Gère ta ligue sur WebSports dès maintenant
C'est gratuit!

Commencer

Articles populaires

article image