Article image

Unknown La Vie Est Une Puck

Publié le 20 mai 2020

12

lecteurs

0

Commentaires

Juha Widing

Juha Widing est né en Finlande de parents issus de la minorité suédoise.  À l’âge de 4 ans, il déménagea d’ailleurs avec sa famille en Suède.

Nouvellement arrivé dans l’état-major des médiocres Rangers, Emile Francis chercha de nouvelles façons d’améliorer son équipe en regardant du côté du Vieux Continent.  Il recruta d’abord Ulf Sterner, qui fit un bref passage dans l’uniforme des Blueshirts, mais un autre joueur attira aussi son attention, Juha Widing.  Par contre, celui-ci n’était âge que de 17 ans.  C’est donc toute sa famille qui déménagea au Manitoba, pour lui permettre de poursuivre son apprentissage dans le hockey junior avec les Wheat Kings de Brandon en 1964.

À sa troisième et dernière année à Brandon, il termina deuxième buteur et deuxième pointeur de la Ligue junior du Manitoba, derrière une verte recrue prometteuse, Bobby Clarke.

Widing fit ensuite ses débuts professionnels avec les Knights d’Omaha de la Ligue centrale.  Il y sera deux ans, au cours desquels il termina en tête des pointeurs de son équipe à chaque occasion.

Ses performances forcèrent alors la main des Rangers, qui durent l’amener à New York pour la saison 1969-70.  Par contre, avec Jean Ratelle, Walt Tkaczuk, Ron Stewart et Don Marshall, il y avait congestion au poste de centre.  Emile Francis dut donc se résoudre à ce que l’expérience avec Widing se poursuive ailleurs.  En février, il l’échangea aux Kings.

C’est donc à Los Angeles que le premier européen de formation (quoi qu’on peut argumenter qu’il a joué son junior au Canada) avec une carrière significative dans la LNH alla poursuivre son parcours.

Sur la côte ouest, il fallait vendre une équipe dans un sport non traditionnel et qui, en plus, était très mauvaise.  Le propriétaire Jack Kent Cooke jugeait alors qu’il fallait que les joueurs aient un surnom.  Avec sa grande crinière blonde typiquement suédoise, Cooke surnomma Widing "Whitey".  Et pour que la chose ait soit encore plus accrocheuse, il donna instruction au descripteur de l’appeler "Whitey Why-Ding" plutôt que "Yoo-ha Vee-ding".  Malgré tout, Widing, de nature affable, ne se formalisa pas qu’on déforme son nom.

Widing était un patineur très rapide et bien que de bonne taille (1,90m ou 6'1''), il ne se distinguait pas avec sa robustesse, fidèle à l’image qu’on se faisait des européens.  Il fut d’ailleurs ciblé et reçut des remarques désobligeantes.  Par contre, ça ne l’empêcha pas d’être le meilleur pointeur des Kings à ses trois premières saisons à Los Angeles (de 1970 à 1973), bien que l’équipe rata les séries à chaque occasion.  Jouant d’abord avec Bob Berry et Mike Byers au sein de la Bee Line, puis avec Berry et Mike Corrigan au sein de la Hot Line, il eut quatre saisons d’au moins 25 buts.

À l’arrivée de Marcel Dionne avec l’équipe en 1975, le rôle de Widing avec les Kings diminua grandement et sa production baissa à 7 buts.  Cette baisse de régime ne l’empêcha toutefois pas d’être invité à faire partie de l’équipe suédoise qui participa à la première Coupe Canada, d’autant plus qu’à cette époque, les suédois évoluant en Amérique du Nord étaient toujours peu nombreux.  Les Suédois terminèrent quatrièmes, derrière le Canada, la Tchécoslovaquie et l’Union Soviétique.

De retour dans la LNH, les choses ne s’améliorèrent pas pour lui, et en janvier 1977, il fut ajouté à un échange de gardiens, alors que Gary Edwards prit avec lui le chemin de Cleveland, pendant que Gary Simmons se retrouva à Los Angeles.  

Le passage de Widing avec les Barons fut de courte durée, puisque l’année suivante, il signa avec les Oilers, alors dans l’AMH.

Après une saison en Alberta, Widing fut échangé aux Racers d’Indianapolis contre Bill Goldsworthy, mais il préféra plutôt prendre sa retraite.

Il s’établit ensuite en Colombie-Britannique et fit des investissements immobiliers.  Par contre, il eut un passage à vide et s’occupa peu de lui-même. 

En décembre 1984, il fut victime d’une crise cardiaque, qui l’emporta à l’âge de 37 ans. 

Sources:

Moran, Jay, The Rangers, the Bruins and the End of an Era, AuthorHouse, Bloomington, 2009, p.165,

"50 Forgotten Stories: Remembering Juha Widing" de Sheng Peng, December 21, 2016 (nhl.com),

wikipedia.org.


Article complet via : Juha Widing
0

Gestion de ligues sportives

Gère ta ligue sur WebSports dès maintenant
C'est gratuit!

Commencer
article image