Article image

Raysheppard La Vie Est Une Puck

Publié le 1 août 2020

1

lecteurs

0

Commentaires

Le hockey à Seattle





La LNH, après plusieurs décennies d'attente et tentatives ratées (voir texte du 23 janvier 2014) est finalement installée à Seattle et nous venons tout juste de découvrir quelles seront leurs couleurs avec le dévoilement du KRAKEN! Personnellement j'adore le nom et le logo quoique le chandail n'est pas parfait mais tout de même intéressant et acceptable.

Dans la tradition de LVEUP de parler du hockey dans les villes (voir Dallas, St.Louis, San Jose/San Francisco, Pittsburgh et Laval), voici aujourd'hui un résumé des principales équipes professionnelles, junior et semi-pro à avoir joué dans cette ville du nord-ouest américain. Et en bonus au passage on va également décortiquer beaucoup d'informations sur plusieurs histoires d'anciennes ligues de ce coin du continent.


Seattle Metropolitans
1915-1924

La première équipe professionnelle de la ville furent les Metropolitans qui furent fondés en 1915 par les frères Frank et Lester Patrick comme nouvelle équipe d'expansion de leur ligue, la Pacific Coast Hockey Association (PCHA). Cette ligue créée en 1911 fut avant-gardiste au cours des années avec plusieurs innovations comme la ligne bleue, la passe avant et les tirs de pénalité. L'équipe fut nommée les Metropolitans en honneur de la compagnie Metropolitan Building Company qui construisit leur aréna. 

L'équipe dura 9 saisons soit jusqu'en 1924 lorsque la PCHA fusionna avec la Western Canada Hockey League et se renomma la Western Hockey League (WHL). Les Metropolitans ne continuèrent pas l'aventure cependant car le site de l'aréna était la propriété de L'Université de Washington et cette dernière avait vendu le terrain à un hôtel qui désirait raser l'aréna pour en faire un stationnement. 

Les Metropolitans furent toutefois une des franchises les plus stables de cette époque où les joueurs de hockey étaient un peu considérés comme du bétail et des mercenaires. Même s'ils ont commencé sur le tard, ils terminèrent comme étant la meilleure équipe de la courte histoire de cette ligue avec 5 championnats et ils devinrent en 1917 la première équipe américaine à remporter la Coupe Stanley, alors disputée entre la NHA et la PCHA. Ils retournèrent disputer la coupe en 1919, celle qui fut malheureusement annulée en raison de l’épidémie de grippe espagnole qui en força l'annulation. Les ''Mets'' étaient d'ailleurs en avance 3-2 dans cette série et Montréal, décimé par la contagion (qui emportera d'ailleurs Joe Hall) offrit de déclarer forfait et de laisser Seattle partir avec la coupe. Cependant les Mets refusèrent par esprit sportif et la coupe n’eut donc pas de récipiendaire en 1919. Les deux équipes eurent toutefois leur nom sur gravés sur le trophée




Ils retournèrent disputer la coupe en 1920 mais s'inclinèrent cette fois contre les Senators d'Ottawa.

Parmi les joueurs des Metropolitains on retrouve les joueurs suivants qui font partie du temple de la renommée:  Frank C. Foyston, Harry (Hap) Holmes, Jack Walker, Gordon (Doc) Roberts ainsi que Lester Patrick qui en plus d'être un des fondateurs de l'équipe, joua la saison 1917-18 avec eux.


Seattle Eskimos
1928-1931

La WHL formée après la fin de la PCHA ne dura que très peu longtemps durant cette période difficile pour le hockey professionnel dans le nord-ouest. Plusieurs des joueurs vedettes de cette ligue durent être vendus à des équipes de la LNH pour perdurer. Après la saison 1925-26, la plus riche LNH racheta les contrats de l'ensemble des joueurs de la WHL pour 258 000$ et la ligue ferma boutique. Les joueurs des Cougars de Victoria et des Rosebuds de Portland devinrent  respectivement membres des nouvelles équipes des Red Wings et des Blackhawks. Quelques équipes survivantes de l'ouest canadien formèrent ensuite la ''Prairie Hockey League'' mais cette ligue ne dura que deux saisons. La fin de la WHL signifiait aussi le début de l'exclusivité de la coupe Stanley pour la LNH...

Les frères Patrick, financés par leur père Joseph Patrick, ne restèrent toutefois pas longtemps en plan et formèrent une nouvelle ligue en 1928 sous le nom de la Pacific Coast Hockey League (PCHL). C'était souvent la norme à l'époque de simplement changer le mot ''Association'' pour ''League'' et de redémarrer...

Les problèmes d'aréna à Seattle étaient désormais réglés suite à la construction du Civic Ice Arena, un amphithéâtre qui hébergera du hockey jusqu'en 1995, et L'ancien gérant des Metropolitans, Pete Muldoon refonda donc une équipe à Seattle à temps pour les débuts de la PCHL. Comme vous pouvez voir sur cette photo retouchée, les Eskimos de Seattle reprirent les couleurs des Metropolitans. Ils se rendirent en finale lors de cette première saison et une fois de plus en 1931 mais perdirent à chaque fois contre les Lions de Vancouver, suite à quoi l'équipe et la ligue cessèrent leurs activités suite à des problèmes financiers durant cette période de crise économique.


Seattle Seahawks/Olympics
1933-1941

Le hockey professionnel ne prit qu'une pause de deux ans à Seattle alors qu'une nouvelle ligue du nom de la North West Hockey League (NWHL) fit son apparition en 1933 avec 5 équipes à Calgary, Edmonton, Vancouver, Portland et Seattle. Après trois saisons, les équipes albertaines fermèrent boutique et celles de Vancouver, Portland et Seattle allèrent rejoindre une nouvelle version de la Pacfific Coast Hockey League en 1936. Les Seahawks gagnèrent toutefois le dernier championnat de la NWHL.

Dans cette nouvelle PCHL avec désormais des équipes à Spokane et Oakland (voir texte de San Francisco), les Seahawks étaient performants mais avaient comme ennemis jurés les Lions de Vancouver qui l'emportèrent en finale contre les Seahawks 4 fois en 5 occasions en incluant les années dans la NWHL.

En 1940, l'équipe fut vendue et renommée les Olympics mais ils ne durèrent qu'une saison sous ce nom alors que la PCHL ferma les livres après la saison 1940-41.


Seattle Ice Hockey League
1932-43 (environ)

Pendant que le hockey professionnel essayait de s'implanter correctement à Seattle et dans le nord-ouest, le hockey amateur continua de semer des graines suite à l'ouverture du Civic Ice Arena. Un des circuits amateur d'envergure de la région fut la Seattle Ice Hockey League. Deux des hommes de hockey les plus importants de cette ville firent leur classe dans cette ligue soit Al Leader, président d'une future PCHL et WHL (voir plus loin) ainsi que Vince Abbey, actionnaire des futurs Totems de Seattle et un des plus grands supporters pour la venue d'un club de la LNH à Seattle dans les décennies qui suivirent. 


Seattle Ironmen
1944-1952

Vers la fin des efforts de guerre, il était désormais possible de reprendre les ambitions passées et de ressusciter une fois de plus la Pacific Coast Hockey League, cette fois sous les ordres de Al Leader. Autrefois joueur, entraîneur et parfois arbitre dans la Seattle Ice Hockey League, Leader fut grandement responsable pour le développement et le maintien du hockey dans la région du nord-ouest, s'impliquant ailleurs dans les diverses associations de hockey amateur des États-unis. Il fut même élu au Temple de la renommée comme bâtisseur en 1969.

La PCHL repartit donc en force en 1944-45 et avait de grandes ambitions avec des équipes tout le long de la côte ouest. On retrouvait donc des équipes à Los Angeles, San Diego, San Francisco et même ''Hollywood'' en plus de retourner dans certaines villes des précédentes incarnations de la ligue comme Vancouver (maintenant les Canucks), Portland et bien sûr Seattle avec l'arrivée des Ironmen de Seattle. On retrouvait d'ailleurs deux équipes à Seattle lors de la première saison de la PCHL alors qu'il y eut également la présence des Stars de Seattle en 1944-45 mais cette équipe ne dura qu'une saison et j'ai trouvé bien peu d'informations à son sujet. 

D'abord considérée comme ligue amateur ou semi-pro, la PCHL se déclara éventuellement complètement professionnelle en 1948. 

Les Ironmen étaient auparavant une équipe du nom des Issacson Iron Workers de Seattle et étaient membres de la Northwest International Hockey League, une ligue éphémère qui ne dura qu'une saison. Ils raccourcirent leur nom l'année suivante lors de la fondation de la PCHL et ils remportèrent le premier championnat de cette nouvelle ligue en 1945. Les années suivantes furent toutefois en demi-teinte et ne retournèrent jamais en finale... du moins sous ce nom et dans cette ligue encore en formation...


Seattle Bombers
1952-1954

La PCHL se renomma sous l'ancien nom de la Western Hockey League en 1952 et les Ironmen décidèrent également de changer de nom pour l'occasion en devenant les Bombers de Seattle. Après avoir perdu quelques équipes vers 1950, la PCHL avait décidé de fusionner une autre ligue en difficulté, la Western Canada Senior Hockey League, en 1951 et avait ainsi rapatrié les équipes de Calgary et d'Edmonton. Il faisait alors du sens d'inclure ces régions pour le changement de nom de la ligue. La WHL deviendra un des principaux circuits mineur du continent, rivalisant avec la ligue américaine pour ce qui était considéré comme le deuxième meilleur circuit en Amérique du nord.

Les Bombers ne garderont ce nom que durant deux saisons plutôt moyennes mais c'est sous cette incarnation que Seattle vit apparaitre le plus grand joueur de l'histoire de cette ville toutes ligues confondues, le légendaire Guyle Fielder (voir texte du 17 août 2011). Fielder, un des joueurs les plus cruellement méconnus de l'histoire du hockey, deviendra éventuellement le meilleur pointeur de l'histoire des ligues mineures avec 1929 points en saison régulière, ce qui le place 4e au total des points dans le hockey professionnel derrière Wayne Gretzky, Jaromir Jagr et Gordie Howe. Il fut également le premier à franchir le cap des 2000 points, si on inclut ses statistiques en séries.

Incapable de percer l'alignement des Red Wings et fatigué des longs voyages en autobus dans la AHL, Fielder fut convaincu par son oncle (nul autre que Al Leader) de joindre la WHL et les Bombers de Seattle pour la saison 1953-54. Il remporta le championnat des pointeurs avec 88 points en plus de remporter le titre de recrue de l'année. Il débuta ensuite son long parcours légendaire dans la WHL, principalement à Seattle, ne retournant que très peu dans la LNH ou la AHL.

Les Bombers étaient toutefois en déroute financière et durent suspendre leurs opérations en 1954-55. Les joueurs furent dispersés dans les autres équipes de la ligue durant ce temps mais c'en était fini des ''Bombers''... sous ce nom.


Seattle Americans
1955-1958

Un nouveau départ et un nouveau nom pour l'équipe de Seattle qui après un an d'inactivité revint sur la scène de la WHL pour la saison 1955-56. À ce moment, le proprio précédent des Bombers ne pouvait continuer à financer l'équipe. Al Leader, alors président de la WHL, voulait à tout prix que Seattle ait son équipe alors que c'était le seul marché américain disponible à ce moment-là puisque la ligue n'avait plus aucune équipe américaine après l'arrêt des Bombers. Il fit donc plusieurs démarches pour monter un groupe d'acheteurs pour l'équipe et finalement Seattle revint en scène sous le nom des Americans de Seattle. Il fallut ensuite attendre jusqu'en 1958 pour revoir une deuxième équipe américaine dans la WHL lorsque Spokane revint dans le décor.

Peu de moments forts pour cette équipe mais elle pouvait compter sur le retour de Guyle Fielder dans ses rangs après une saison passée avec le club de New Westminster. Fielder continua de s'imposer comme la grande vedette de ce circuit avec une récolte record de 122 points en 1956-57. Il s'agissait à ce moment du record de points toutes ligues confondues.

Les ''Americans'' n'existèrent toutefois que 3 saisons sous ce nom avant de rechanger de nouveau mais le meilleur resta à venir pour cette franchise.


Seattle Totems
1958-1975

Nouveaux propriétaires pour l'équipe de Seattle qui changea de nom une fois de plus pour devenir les Totems de Seattle et commencer un parcours mémorable de 10 saisons que les vieux fans du nord-ouest surnomment le deuxième ''âge d'or'' du hockey à Seattle, le premier étant l'époque glorieuse des Metropolitans de 1917 à 1920.

Les Totems débutèrent en force en 1958-59 en remportant 40 victoires et leur premier championnat depuis l'époque des Ironmen en 1945. Grandement menés par Fielder (capitaine sur la photo) ainsi que des joueurs comme Rudy Fillion, Bill MacFarland et le gardien Bev Bentley, les Totems furent une des meilleures équipes de la WHL pour les 10 années suivantes, dominant particulièrement au niveau des pointeurs.

Pendant ce temps la WHL redevenait de plus en plus américaine dans les années 60 avec le retour d'équipes à Los Angeles et San Francisco en plus d'implanter de nouvelles équipes à Denver, San Diego, Phoenix et Salt Lake City. Mais la ligue demeurait somme toute petite alors que le nombre d'équipe oscillait davantage autour de 6-7 équipes annuellement et n'en eut jamais plus que 9 durant les années 50. À partir de la saison 1965-66, la WHL et la AHL tentèrent l'expérience de jouer un calendrier inter-relié où chaque équipe devait partir sur la route pour un séjour de quelques semaines dans l'autre ligue. Ce calendrier spécial ne dura que deux saisons mais la crainte de voir les deux ligues fusionner et de devenir une compétition directe à la LNH fut apparemment le facteur décisif qui mena finalement la grande ligue à étendre son territoire avec la grande expansion de 1967. Cette dernière vint particulièrement couper l'herbe sous les pieds de la WHL qui perdit ses marchés de Los Angeles et San Francisco/Oakland et tomba à son plus bas nombre d'équipes, soit 5 en 1967-68.

Changement d'uniforme en 1966

Les Totems profitèrent toutefois de la situation et retrouvèrent le chemin de la victoire. Maintenant dotés de leur splendide chandail vert émeraude et menés par MacFarland qui était dorénavant entraineur, les Totems remportèrent deux championnats de suite en 1967 et 1968. Les choses n'allèrent pas aussi bien par la suite. Fielder fut échangé à Salt Lake City pour la saison 1969-70 et les Totems ne remportèrent plus jamais une ronde en séries, étant même hors de qualification de 1971 à 1974 dont un horrible 12-53-7 en 71-72.

Il s'agissait également des 4 dernières années de l'existence de la ligue qui commençait à battre de l'aile avec la perte de marchés d'envergure (Vancouver surtout) suite aux expansions de la LNH des années suivantes et la présence de la nouvelle AMH. Les Totems commencèrent évidemment à perdre de l'argent et l'équipe fut finalement vendue à Northwest Sports, les même propriétaires que les Canucks et dont ils seraient désormais le club-école, ce qui devait être assez étrange pour les fans des Totems et qui devait s'apparenter à ce qu'on retrouvait lors de l'époque des Citadelles de Québec..

Un des seuls points forts de cette époque tumultueuse eut lieu lors du jour de Noël 1972 lorsque les Totems furent le premier club nord-américain (excepté l'équipe canadienne du sommet du siècle) à accueillir l'équipe nationale soviétique pour un match d'exhibition. Le match fut serré pendant une bonne partie alors que le score était même de 4-4 en fin de deuxième. Les soviétiques étaient toutefois grandement supérieurs et explosèrent en 3e, terminant avec une victoire de 9-4. Les Totems se vengèrent toutefois en janvier 1974 lorsque l'équipe russe revint à Seattle. Cette fois ce sont les Totems qui s'imposèrent et infligèrent une rare défaite à la puissance machine russe en l'emportant 8-4.

Pendant ce temps, l'AMH et la LNH se disputaient le continent et les marchés de Denver et Seattle furent grandement convoités. Après la saison 1973-74, il fut finalement annoncé que Seattle et Denver obtiendraient chacune une équipe d'expansion dans la LNH pour la saison 1976-77. Suite à cette annonce, la WHL décida de cesser ses opérations.

En attendant l'entrée des Totems dans la LNH, le club joignit les rangs de la CHL pour la saison 1974-75. Cependant, le proprio des Totems Vince Abney n'était pas capable de sécuriser les sommes nécessaires pour compléter son adhésion et devant cette incertitude et le climat instable de la LNH et du hockey professionnel après toutes ces expansions, l'expansion de 1976 n'eut finalement pas lieu. Abney, estimant perdre trop d'argent, décida également de cesser les opérations des Totems après cette seule saison sans histoire dans la CHL. Il avait également dû racheter les parts des Canucks dans les Totems et toute cette histoire le mit en furie. En attendant la chance que représentait cette équipe d'expansion, il laissa passer l’opportunité de se procurer une équipe de l'AMH et aussi de se porter acquéreur des Penguins de Pittsburgh ou des Seals de Californie à la même époque. Il intenta une poursuite envers la LNH ainsi que les Canucks pour monopole et complot l'empêchant de se procurer une équipe de la LNH. Cette saga judiciaire dura jusqu'en 1986 et se régla en faveur de la LNH.

C'en était donc fini des Totems et du hockey professionnel à Seattle et ce pour plus de 40 ans...

En tout dans l'histoire des Totems/Americans/Bombers/Ironmen on a vu passer plusieurs légendes des ligues mineures comme Guyle Fielder mais aussi quelques futurs et/ou ex joueurs de la LNH comme Ed Kea, Bob Woytowich, Emile Francis, Noel Picard, Gerry Meehan, Val Fonteyne, Bobby Schmautz, Bill Dineen, Charlie Hodge, Al Rollins et Fred Shero.


Seattle Breakers
1977-1985

Après ce dernier échec pour le hockey professionnel à Seattle, on opta de viser moins haut en implantant une équipe junior de la Western Canada Hockey League pour la saison 1977-78 lorsque les Chiefs de Kamloops déménagèrent plus au sud et devinrent les Breakers de Seattle. En compagnie des Bighorns de Billings (Montane), il s'agissait de la première incursion en sol américain pour cette ligue qui élimina le ''Canada'' de son nom et adopta ensuite le nom vacant de la Western Hockey League en 1978. Pour votre information, la OHL était la première ligue junior du Canada à avoir une équipe aux USA lors de l'arrivée des Spitfires de Windsor en 1975. La LHJMQ ne tenta le coup d'un marché américain qu'en 1984 avec les très éphémères et médiocres Pioneers de Plattsburgh.

Les Breakers jouaient leurs parties locale dans l'ancien Civic Ice Arena. D'une capacité d'environ 4,500 places, il était sans doute plus approprié pour le junior que le plus grand et récent Colisée de Seattle, qui hébergeait les Totems et les SuperSonics de la NBA depuis 1964.

Cependant l'équipe ne roulait pas sur l'or à ses débuts et peinait à attirer des fans. On y retrouvait davantage d'histoires à la ''Slap Shot'' que de moments glorieux. Par exemple, avec 7 matchs à faire à la saison 1980-81, l'entraîneur des Breakers fut congédié par manque d'argent pour le payer. Il fut remplacé par un de ses joueurs pour terminer la saison. En janvier 1983, l'équipe échangea les droits du joueur universitaire américain Tom Martin aux Cougars de Victoria en retour d'un bus usagé et de ''considérations futures''... Le DG des Breakers John Hamilton déclara qu'il s'agissait d'un de ses meilleurs échanges...

Donc en plus de leurs finances douteuses et de leurs chandails et logo atroces, les Breakers ne furent pas un succès. Ils n'eurent qu'une saison gagnante en 8 ans mais réussirent tout de même à se faufiler en séries assez souvent et ils se rendirent même en finale de conférence à 2 reprises.

En temps que Breakers, la franchise vit passer de futurs joueurs de la LNH comme Glenn Anderson (7 matchs seulement), Ken Daneyko, Tim Hunter, John Kordic et Ryan Walter.

Mais lorsqu'une équipe ne fonctionne pas à Seattle qu'est-ce qu'on fait? On la vend et on la renomme!


Seattle Thunderbirds
1985 -

De nouveaux propriétaires se pointèrent en 1985 et rebaptisèrent l'équipe sous le nom des Thunderbirds de Seattle en plus d'adopter un logo et des couleurs rappelant les défunts Totems mais aussi inspiré des Whalers de Hartford. Ils modifièrent même le chandail aux couleurs des nouveaux chandails des Whalers dans les années 90. Donc en plus des Totems, les Thunderbirds honorent également une autre franchise défunte qui nous est chère aux teintes de couleurs vertes. Ils ont toutefois eu des variantes médiocres comme la photo du coin droit (avec Patrick Marleau) et d'étranges design dans les années 80 également.

Sans être une puissance régulière dans la WHL, les Thunderbirds ont connu leur part de succès dont deux défaites en finale en 1997 et 2016 mais ils sont finalement parvenus à devenir champions en 2017 soit le premier championnat de Seattle au hockey depuis les Totems en 1968.

Un gros ''bœuf de l'ouest'' !
Mais pour nous au Québec, la franchise ses Thunderbirds est synonyme de trois premiers choix décevants d'affilée au repêchage par le Canadien; Lindsay Vallis (13e au total en 1989), Turner Stevenson (12e en 1990) et Brent Bilodeau (17e en 1991). J'espère que ce recruteur basé à Seattle a été affecté ailleurs par la suite...

Parenthèse ici. En fait le Canadien n'a jamais vraiment eu de chance dans la WHL. À l'exception de Brendan Gallagher et Carey Price, beaucoup des flops du Canadien au repêchage proviennent de la WHL. Dans les 2 premières rondes depuis 1980 on retrouve; Doug Wickenheiser, Alfie Turcotte, Mark Pederson, David Wilkie, Valeri Bure, Terry Ryan, Matt Higgins, Marcel Hossa, Kyle Chipchura et Nikita Sherbak... et il y en a d'autres... Anyway fin de la parenthèse.

Les Thunderbirds se sont donc bien implantés à Seattle et déménagèrent ensuite dans le plus gros Seattle Coliseum, alors renommé le KeyArena, en 1995 suite à des rénovations majeures. Ces rénovations étaient cependant plus adaptées pour le basketball ce qui laissa de nombreuses sections de sièges avec la vue obstruée. Après plus de 10 ans à endurer les plaintes des fans, les Thunderbirds déménagèrent en banlieue de Seattle, soit dans la ville de Kent, pour la saison 2008-09.

Les Thunderbirds ont formé plusieurs joueurs de la LNH (pas juste des flops du Canadien) avec entre autres Patrick Marleau, Brendan Witt, Shea Theodore, Oleg Saprykin, Mark Parrish, Chris Osgood, Petr Nedved, Brooks Laich, Shawn Chambers, Ethan Bear et Mathew Barzal.

Toutefois on ne sait pas vraiment ce qui arrivera avec la franchise lorsque débuteront les activités du KRAKEN (on dirait que je ne peux pas l'écrire autrement qu'en majuscule...). Kent est située à environ 20 miles de Seattle et ne compte que 11 000 habitants. Est-ce que les fidèles des Thunderbirds se taperont le trafic pour aller les voir? Ou vont-ils plutôt s'arracher les billets du KRAKEN? 

Il y a également une autre équipe de la WHL en banlieue de Seattle, les Silvertips d'Everett, une agglomération de 100 000 habitants à environ 40 kilomètres du centre-ville... Ajoutez à ça deux autres équipes dans l'état de Washington soit les Americans de Tri-City et les Chiefs de Spokane et une autre équipe très près dans l'Oregon, les Winterhawks de Portland. Cependant le hockey junior semble davantage marcher dans les villes de l'ouest qui ont déjà une équipe de la LNH comme Vancouver, Calgary et Edmonton que dans l'est. Rappelez-vous de toutes ces équipes junior qui n'ont pas fonctionné sur l'Île de Montréal...


Un match Silvertips vs. Thunderbirds

Seattle serait en fait la seule ville américaine actuelle à avoir une équipe dans la LNH et la CHL. La dernière ville à avoir tenté le coup était Detroit qui pendant 25 ans hébergea les ''Compuware Ambassadors'', les Red Wings Jr et les Whalers de Plymouth dans la OHL. L'équipe déménagea à Flint au Michigan en 2015, citant que malgré des assistances respectables, il était difficile d'obtenir de la visibilité et des sponsors dans un marché dominé par une équipe aussi populaire que les Red Wings...

Est-ce que le hockey s'est vraiment assez développé dans la région depuis l'époque des Totems, des PCHL et des autres ligues pour supporter toutes ces équipes? Je sais que c'est deux niveaux de jeu différents mais tout de même je ne serais pas surpris de voir une des deux équipes junior de Seattle déménager dans les prochaines années, surtout si le KRAKEN est autant un succès que les Golden Knights...


Everett Silvertips
2003 -

Histoire de ne rien laisser en plan, je ne pensais pas avoir à parler des Silvertips car j'ignorais avant d'écrire ce texte qu'il s'agissait d'une banlieue de Seattle. Et comme elle est à pratiquement la même distance que Kent et des Thunderbirds, je me dois donc de faire mention aux Silvertips... Mais je vais faire ça plus rapidement parce que ça commence à faire long... Ils débutèrent comme équipe d'expansion en 2003-04 et n'ont jamais gagné le championnat encore quoiqu'ils s'inclinèrent en finale lors de leur première année d’existence et une autre fois en 2018. Parmi le ''alumni'' de cette jeune franchise, on retrouve Ryan Murray, Radko Gudas, Nikita Sherbak, Noah Juulsen et le gardien Carter Hart.


*BONUS

Seattle Totems
2006-2013

En plus des Thunderbirds, une autre équipe rendit hommage aux défunts Totems avec leurs uniformes lorsqu'on vit arriver les Totems de Seattle, une équipe évoluant dans la Northern Junior Hockey League, une défunte ligue junior de bas niveau du nord-ouest pendant 7 saisons.
 

Seattle KRAKEN
2021 -

Quoiqu'il en soit, la suite des choses d'annonce excitante dans la région du nord-ouest américain. En espérant que les choses reviennent à la normale d'ici 2021 et que Guyle Fielder, maintenant âgé de 89 ans, puisse aller voir un match du KRAKEN... La direction de l'équipe a d'ailleurs fait un bon coup en honorant Fielder avec une plaque à son nom qui sera remise annuellement à un joueur démontrant la détermination et le leadership (un peu comme le Masterton) ainsi qu'une place de vestiaire commémorative en son honneur qui arborera l’amphithéâtre du KRAKEN. On a hâte maintenant au repêchage d'expansion!

Petit vidéo émouvant ici pour terminer de belle manière. Cet homme mériterait selon moi sa place au temple de la renommée.




Sources:
Arenadigest.com
Seattle Times
Wikipedia
Hockey DB
Eliteprospects

Article complet via : Le hockey à Seattle

Mentionnés dans cet article

Ray Sheppard National Hockey League
0

Gestion de ligues sportives

Gère ta ligue sur WebSports dès maintenant
C'est gratuit!

Commencer

Articles populaires

article image